Chirurgie du Rein et des Uretères

Néphrectomie totale élargie 

C’est le traitement de référence des volumineuses tumeurs malignes du rein envahissant la graisse péri rénale. Elle consiste à retirer le rein et la graisse qui l’entoure. Les vaisseaux sanguins (artère(s) et veine(s)) du rein sont liés et sectionnés, ainsi que le canal de l’uretère, permettant de retirer le rein. L’intervention peut être effectuée soit par coelioscopie - en introduisant à l’intérieur du corps par de petites ouvertures une caméra et des instruments chirurgicaux -, soit par chirurgie ouverte avec une plus grande ouverture au niveau de l’abdomen ou des lombes.

Fiche AFU

Néphrectomie partielle ou conservatrice

C’est le traitement de référence des petites tumeurs du rein de moins de 7 cm limitées au rein.
Elle veille à ne retirer que la tumeur en conservant le reste du rein. Elle sera proposée systématiquement pour les tumeurs de moins de 7 cm situées en périphérie du rein. On la proposera également pour des tumeurs plus volumineuses notamment chez les patients n’ayant qu’un seul rein, en cas d’insuffisance rénale, de lésions touchant les 2 reins, ou de risque d’atteinte ultérieure de l’autre rein (dans certaines maladies génétiques comme la maladie de von Hippel Lindau). L’intervention peut être effectuée par chirurgie ouverte, chirurgie robotique car la communauté scientifique urologique s’accorde à dire que cette méthode devient une référence, de terme de douleur post opératoires, tout en étant équivalent à la chirurgie ouverte en terme de conservation de la fonction rénale en post opératoire.

Fiche AFUChirurgie robotique
chirurgien urologie
chirurgie robotique

Nephro-urétérectomie

C’est le traitement des tumeurs de la voie excrétrice supérieure: bassinet, uretère. 
Elle consiste à retirer le rein, la graisse qui l’entoure, et l’uretère jusqu’à son insertion dans la vessie.
La plupart du temps cette intervention est réalisée en cœlioscopie, pour le temps supérieur, puis il peut être proposé une ouverture sur le bas de la paroi abdominale pour retirer la totalisé de l’uretère jusqu’à son insertion dans la vessie.
Lorsque les conditions locales le permettent, l’intervention est réalisée totalement en cœlioscopie, l’important étant de ne pas ouvrir les voies excrétrices pour ne pas disséminer des cellules tumorales dans l’abdomen.

Fiche AFU

La cure de jonction pyelo urétérale

Le syndrome de jonction pyélo urétéral est une pathologie malformative dans laquelle il existe une zone resserrée ne laissant pas passer l’urine à la sortie du rein.
Dans la plupart des cas, il existe une petite artère qui cravate l’uretère par l’avant.
Les symptômes peuvent être : douleur de colique néphrétique, infection du rein, production de calcul du rein, ou la plupart du temps asymptomatique.
Cette intervention est réalisée en cas de symptômes ou de souffrance rénale. 
L’intervention se pratique en cœlioscopie classique ou robot assistée.

Il s’agit d’une intervention simple, peu douloureuse et qui vous laisse hospitalisé un à deux jours.
On retire la zone sténosée et on repasse l’uretère en avant de la petite artère qui gêne le passage, ensuite on fait une couture entre l’uretère et le bassinet.
Un petit drain interne est laissé en place (sonde JJ) qui est retiré à 6 semaines de l’intervention

Fiche AFU Cancer du rein