Accueil du site > Techniques chirurgicales > Traitements chirurgicaux > Résection endoscopique de la prostate

Résection endoscopique de la prostate

La résection endoscopique de la prostate (ou résection trans-urétrale de prostate, ou résection endo-urétrale de prostate) : une caméra appelée endoscope est passée par les voies naturelles et permet grâce à un résecteur d’enlever des copeaux de prostate et d’ouvrir le canal de l’urètre. Les copeaux sont ensuite envoyés en analyse. L’intervention est effectuée sous anesthésie générale ou locorégionale (rachianesthésie). Après l’intervention une sonde urinaire avec des lavages sera laissée en place quelques jours. L’hospitalisation dure en moyenne de 3 à 7 jours. Les anticoagulants devront être interrompus avant l’intervention.

Les effets secondaires possibles sont les saignements, qui peuvent survenir pendant plusieurs jours à 1 mois après l’intervention et parfois entrainer un blocage urinaire (rétention urinaire), et les infections urinaires, qui nécessiteront un traitement antibiotique. Les érections et la libido ne sont généralement pas altérées par l’intervention mais les éjaculations ne seront plus présentes au moment de l’orgasme (éjaculations rétrogrades dans la vessie).

Parfois peuvent survenir des rétrécissements (appelés sténoses) du canal de l’urètre ou du col de la vessie, révélés par une diminution rapide de la force du jet d’urine. Le risque de ré-intervention (récidive des symptômes lié à une repousse de l’adénome) est inférieur à 5% à 3 ans.

Résection trans-urétrale de prostate