Cancer du Rein

Il existe des tumeurs bénignes et des tumeurs malignes (ou cancer) du rein. Parmi les tumeurs tissulaires du rein, plus de 90% sont des cancers. Le cancer du rein représente 3 % de l’ensemble des cancers et la troisième cause de cancer en urologie après les cancers de la prostate et de la vessie. La plupart des tumeurs du rein sont découvertes par hasard lors d’examens (échographie, scanner) demandés pour une autre raison.

Plus rarement, les cancers du rein peuvent être découverts devant la présence de sang dans les urines, d’une douleur lombaire, d’une masse lombaire palpable, d’un amaigrissement, d’une fièvre persistante, voire devant l’apparition récente d’une dilatation des veines drainant le testicule (varicocèle).

L’examen de référence pour diagnostiquer les tumeurs du rein est le scanner de l’abdomen. D’autres examens pourront être prescrits afin de compléter le bilan et vérifier l’absence de localisations à distance : bilan sanguin, scanner du thorax, échographie doppler, IRM, scintigraphie… Dans certains cas, en cas de doute diagnostique, pourra être discutée une biopsie du rein sous contrôle radiologique (échographie ou scanner).

Chaque cas de cancer du rein est discuté en réunion de concertation de cancérologie. Ces réunions regroupent tous les intervenants spécialistes de la prise en charge du cancer (urologue, radiothérapeuthe, cancérologue, radiologue, anatomo-pathologiste…).

Principaux traitements des tumeurs malignes limitées au rein :

Néphrectomie totale élargie C’est le traitement de référence des volumineuses tumeurs malignes du rein. Elle consiste à retirer le rein et la graisse qui l’entoure. Les vaisseaux sanguins (artère(s) et veine(s)) du rein sont liés et sectionnés, ainsi que le canal de l’uretère, permettant de retirer le rein. L’intervention peut être effectuée soit par coelioscopie - en introduisant à l’intérieur du corps par de petites ouvertures une caméra et des instruments chirurgicaux -, soit par chirurgie ouverte avec une plus grande ouverture au niveau de l’abdomen ou des lombes.

PDF - 220.9 ko
Nephrectomie elargie

Néphrectomie partielle ou conservatrice Elle veille à ne retirer que la tumeur en conservant le reste du rein. Elle sera proposée systématiquement pour les tumeurs de moins de 7 cm situées en périphérie du rein. On la proposera également pour des tumeurs plus volumineuses notamment chez les patients n’ayant qu’un seul rein, en cas d’insuffisance rénale, de lésions touchant les 2 reins, ou de risque d’atteinte ultérieure de l’autre rein (dans certaines maladies génétiques comme la maladie de von Hippel Lindau). L’intervention peut être effectuée par chirurgie ouverte, par coelioscopie ou par chirurgie robotique.

PDF - 218.3 ko
Nephrectomie partielle

Autres techniques (radiofréquence, cryothérapie) Elles sont actuellement en cours d’évaluation